AccueilAbout UsContact UsFrançais
Be Web Aware
Téléphones cellulaires et messages textes
HabiloMédias
Les activités en ligne de vos enfants
Maîtriser les défis d'Internet
Conseils de sécurité par âges
Impliquez-vous

Téléphones cellulaires et messages textes

Les jeunes de 12 à 24 ans sont les plus grands utilisateurs de téléphones cellulaires au Canada. Selon le Project Teen Canada, 54 pour cent des adolescents utilisent leur téléphone quotidiennement.

Pour les parents, le téléphone cellulaire est avant tout un moyen de rester en contact avec leurs enfants. Il représente également pour eux une protection, lorsque l’enfant se rend seul quelque part.

Pour les jeunes, par contre, leur téléphone cellulaire représente bien plus que cela...

En comparaison à la console de jeux ou à l’ordinateur, le téléphone mobile est l’objet électronique personnel par excellence : de même que les vêtements qu’ils portent, leur cellulaire est un objet de prestige et de statut social, quelque chose que les jeunes utilisent pour définir leur personnalité. Lorsque les adolescents parlent de leur téléphone, ils peuvent être particulièrement lyriques ! Certains affirment « se sentir nu sans lui », et « ne pas savoir comment vivre sans » ; d’autres, moins bien lotis, déclarent en avoir honte parce qu’il est trop vieux.

Ce qui transparaît dans ces descriptions, c’est le fait que les jeunes perçoivent leur cellulaire comme un prolongement de leur personne. De nombreuses activités entre amis y sont reliées : téléphoner et envoyer des textos ou SMS (Small message system), mais aussi écouter de la musique, prendre des photos et des films, et dans une moindre mesure jouer à des jeux préinstallés dans le téléphone.

Les jeunes utilisent énormément les messages textes : ceux-ci permettent de communiquer à plusieurs personnes en même temps, ils sont plus privés que les « coups de fil » classiques… et on peut les envoyer discrètement durant la classe ! C’est la version moderne du petit papier glissé discrètement au voisin de pupitre ; un grand nombre de jeunes sont d’ailleurs passés maîtres dans l’art de taper des messages textes en aveugle. Cette écriture d’un genre particulier inquiète certains adultes, qui croient qu’elle est en train de détruire la capacité des jeunes à bien s’exprimer par écrit. D’autres, en revanche, pensent que ce nouveau mode de communication renouvelle l’intérêt des jeunes pour l’écriture. La recherche débute à peine en ce domaine, il faudra donc attendre encore pour trancher la question.

Outre les messages textes, les jeunes utilisent aussi beaucoup leur téléphone pour s’envoyer des photos ou des vidéos et filmer des situations amusantes. Ces activités sont importantes d’un point de vue affectif : le téléphone est utilisé comme un journal intime multimédia, qui permet de retenir – et de partager – les moments forts de sa vie et de celle de son groupe d’amis.

Mais on le sait, l’adolescence n’est pas réputée être une période posée et réfléchie de la vie d’un individu ; ce qu’un jeune écrit et photographie, il ne voudrait pas forcément le voir diffusé… De fait, la crainte majeure des jeunes par rapport à leur téléphone mobile est le risque d’intrusion dans leur intimité : ils redoutent être pris/e en photo ou filmé/e à leur insu ou s’apercevoir que quelqu’un a fouillé dans leurs messages, ou encore recevoir une image ou vidéo choquante, comme c’est le cas dans la tendance du « sexto ». (Pour de plus amples informations à propos du « sexto », rendez-vous à la section Risques et préjudices sexuels.)

Plus largement, les téléphones cellulaires peuvent aussi être impliqués dans des cas de cyberintimidation : certains jeunes s’en sont par exemple servis pour photographier un camarade obèse dans les douches après la gym, puis pour diffuser la photo à tous les cellulaires de l’école. (Pour de plus amples informations, rendez-vous à la section Cyberintimidation.)

Un autre sujet d’inquiétude vis-à-vis des téléphones cellulaires vient du danger physique qu’il peut présenter pour la santé de ses usagers. Le site gouvernemental Santé Canada a une position rassurante et non alarmiste à ce sujet, mais les résultats de recherche sont contradictoires et ne permettent pas de connaître à l'heure actuelle le véritable effet sur la santé des ondes émises par ces appareils.


Parler avec vos enfants des téléphones cellulaires

Les jeunes considèrent leurs téléphones cellulaires comme leur propriété personnelle, même si ce sont les parents qui paient les factures… Or avoir son propre téléphone est un privilège, non un droit ; et ce privilège est accompagné de responsabilités.

  • Dès le départ, impliquez votre enfant dans le choix du modèle et du forfait, pour son téléphone, afin qu’il en comprenne le coût et sache quelles opérations ou plages horaires sont à favoriser pour rester dans la limite du forfait.
  • Passez en revue ensemble les factures de téléphone, afin de repérer une éventuelle utilisation excessive, ainsi que des coûts « cachés » (sonneries et autres horoscopes quotidiens, prétendument gratuits, mais que l’on retrouve pourtant sur la facture mensuelle).

Il est aussi important d’établir des règles sur l’utilisation des téléphones cellulaires – et de les appliquer tant pour votre enfant que pour vous :

  • Quand peut-on utiliser son téléphone cellulaire ? (à table ? la nuit ? etc.)
  • Pour les parents de jeunes conducteurs, établissez que lorsqu’on conduit, on ne répond pas au téléphone – c’est d’ailleurs la loi dans plusieurs provinces canadiennes. Encouragez également vos enfants à faire de même avec leurs amis, en répondant pour eux aux appels qu’ils reçoivent lorsqu’ils conduisent.

Discutez avec vos jeunes des aspects sociaux et éthiques de l’utilisation des téléphones cellulaires.

  • Aidez-les à comprendre que les téléphones ne sont pas nécessairement privés.
  • Verrouillez votre cellulaire (mot de passe) au cas où il serait volé ou perdu.
  • Expliquez qu’une fois une image ou un message est envoyé de leur téléphone, on en perd le contrôle, et il peut être transmis à d’autres.
  • Développez la conscience éthique et l’esprit critique de vos enfants :
  • Comment considèrent-ils les téléphones des autres ? Se permettraient-ils d’ « emprunter » le portable de quelqu’un pour lui faire une blague ?
  • Selon quels critères décident-ils de photographier/filmer quelque chose ? Selon quels critères décident-ils de diffuser un film ou une photo ? Dites à vos enfants de suivre leur instinct plutôt que la pression des pairs : s’ils se sentent mal à l’aise de transmettre une image, c’est généralement un bon indicateur qu’ils ne devraient pas le faire.
  • Passez en revue ce qu’ils devraient faire s’ils sont la cible ou les témoins de cyberintimidation. Et n’oubliez pas de leur dire qu’ils peuvent toujours venir vous voir, si les choses vont mal.

Pour finir, si vous n’êtes pas vous-mêmes des pros du message texte, demandez à vos jeunes de vous enseigner l’art du texto. Après tout, c’est un moyen de communication extrêmement concis et efficace auquel les adultes ne pensent pas toujours !

Le fait d’établir des lignes de conduites claires et des discussions de fond sur l’usage du téléphone cellulaire permettra d’assurer qu’il constitue une partie positive de la vie de votre enfant.

Find us on FaceBook Follow us on Twitter!

Pour creuser le sujet

Tout savoir sur les messageries textuelles

Blogue Parlons médias : Culture numérique, fracture linguistique


Ressources complémentaires

Les adolescents, leur téléphone portable et l’Internet mobile (TNS Sofres)

Writing, Technology and Teens (Pew Internet & American Life Project) [en anglais seulement]

La législation canadienne sur l’utilisation de téléphones cellulaires au volant